Cie avec vue sur la mer / site archive

Cie avec vue sur la mer / site archive

Edito décembre 2007 / janvier 2008

Petites nouvelles du front.

 

 

Un mois après notre visite de chantier de Rock never sleeps, où en est-on ? 

 

Ca bosse dans tous les coins et les minutes coûtent cher ! J'aimerais écrire, répéter, avancer sur le « répertoire »… Les filles qui nous rejoindrons pour la création, Patricia Pekmezian et Gaëlle Fraysse, commencent à gamberger sérieusement sur Marianne Faithfull, Julie Driscoll, Joni Mitchell ou encore Patti Smith… Mais l'artistique, malheureusement, doit attendre un peu…

 

Pour l'instant, c'est l'heure  des contacts, des dossiers, des émiles (mercures modernes !), il faut tenter de séduire ( ?), de convaincre… Le parcours du combattant habituel, quoi. Avec ces phrases un peu agaçantes, genre « budget 2008 catastrophique pour cause de diminution de l'état »…

 

Heureusement, les Scènes Nationales de Sénart et de Châteauroux nous co-produisent et le théâtre d'Arras devrait, en toute logique, nous aider. Courage !

 

Lu quand même le magnifique Like a rolling stone, Bob Dylan à la croisée des chemins de Greil Marcus. Vu quand même le très poignant American Folk Blues Festival, volume 3 avec Big Mama Thornton, Son House, Muddy Waters et tant d'autres sans lesquels cette révolution culturelle n'aurait pas été ce qu'elle a été. On me demande parfois de parler du « fond », mais c'est ça le fond ! Parler d'une révolution culturelle et sociologique ! Phil May, chanteur/fondateur des historiques Pretty Things (toujours en activité, les bougres !) déclarait récemment « Mai 68 ne serait jamais arrivé sans le rock and roll ». C'est une formule, comme on dit. Elle est un peu caricaturale mais elle n'est pas dénuée de fondement. Peut-être pour ça que notre cher président n'est pas très rock'n'roll…

 

Dans la même interview (Rock Folk, déc 2007), le chanteur nous dit : « Etre une célébrité n'a jamais été la préoccupation ni de Van Gogh, ni de Duke Ellington, ni de Keith Richards. (…) Aujourd'hui, la plupart du temps, les jeunes musiciens savent très bien jouer, mais ils ne savent pas pourquoi ils jouent ».

 

Je vous laisse méditer là-dessus pour les fêtes.

 

PS : Un petit conseil : écoutez en boucle le dernier CD de Joe Henry (Civilians).

 

 

Edito de Stéphane Verrue - Décembre 2007 / Janvier 2008



23/01/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres